Avec le président du Conseil général de Seine-et-Marne, nous saluons la mobilisation des associations et des élus de Seine-et-Marne contre les projets de recherche de pétrole de schistes qui ont conduit le gouvernement à demander aux sociétés d’exploration de suspendre leur activité.

Néanmoins, nous renvoyons les parlementaires UMP à leurs contradictions entre ce qu’ils disent en Seine-et-Marne et ce qu’ils font au Parlement. Ils dénoncent leurs incohérences, puisque le 19 novembre 2010 dans le cadre de la discussion de la loi de Finances 2011, une sénatrice UMP de Seine-et-Marne a défendu un amendement visant à maintenir l’avantage fiscal accordé aux sociétés de recherche d’hydrocarbures de schistes. Ces sociétés utilisent l’argument de cet avantage fiscal pour attirer de nouveaux investisseurs.

Face aux ambiguïtés du gouvernement et de sa majorité, j’interrogerai le 5 avril le ministre du Budget sur la volonté du gouvernement de pérenniser ce dispositif fiscal qui constitue un soutien direct à l’activité d’exploration du pétrole de schistes des sociétés qui bénéficient en Seine-et-Marne de permis d’explorer aux superficies très étendues.

Avec le groupe des sénateurs socialistes, nous déposerons un amendement visant à supprimer définitivement cette niche fiscale.

La prédation ne doit être encouragée ni par l’Etat ni a fortiori financée par le contribuable !